Encore une petite dissertation métaphysique sur les couleurs au jardin aujourd'hui !

Dans des billets antérieurs, je vous ai expliqué que le jaune & moi ne faisions pas bon ménage au jardin. Nous nous supportons au début de printemps mais après, comme je n'ai pas un jardin assez grand pour l'introduire de façon "isolé", on se dit "bye-bye" et RDV au printemps suivant (bon, j'dis pas que je ne mettrai pas quelques soleils du côté du potager ...).
   


Du côté de notre porté d'entrée... Tulipes Blue Diamond, Hebe Pink Lady aux jeunes pousses pourpres,
Euphorbe 'Redwing Charam' (a pris ses aises cette année !) et myosotis roses
(et dans le fouillis à venir: des nigelles, un sedum matrona, une ancolie, des alliums)

POUR VOIR LA MEME SCENE IL Y  UN AN, un p'tit clic ICI (qd on dit qu'il faut être patient !).
   

Par contre... figurez-vous qu'avec le rose, j'ai à peu près la relation contraire. J'M l'introduire à outrance ici,  au point d'en bannir quasi systématiquement les autres couleurs (à part le blanc que j'M aussi beaucoup). Bon, évidemment, je l'introduis dans toutes ses nuances possibles, et finalement, quand on part du rose pâle pour aller vers le pourpre en passant par les fushias, parme et compagnie... ça en fait des couleurs !
   


Côté cour: tulipes 'Blue Diamond' et muscaris "White Magic'
   

Comme le montrent les photos qui illustrent ce billet, le côté cour, objet d'une éradication de pustule l'an passé et donc d'un réaménagement des plate-bandes le long de la façade (cf. ce billet pour ceux qui ne comprennent pas ce que je veux dire), n'a pas  échappé pas à mon addiction.

Le pire est que dans la vie de tout les jours, le rose n'est pas ma couleur favorite. Je suis même quelquefois "agacée" du rôle caricatural qu'on fait jouer à cette couleur pour tout ce qui touche à l'univers féminin (vêtements, déco) et pire aux petites filles: par touches, oui mais le  rose à fond, arghhhh... il y a une certaine poupée  "Barb-e" qui a fait du mal sur des générations je vous le dis...  mais bref, je m'égare.
 


Côté cour toujours: encore les tulipes "Blue Diamond". Les tulipes 'Angéliques' arrivent sous peu.
En arrière plan, sur le treillage, la clématite 'Armandii Apple Blossom" présentée dans ce billet,
toujours en pleine floraison et dont le parfum embaune plus que jamais l'entrée en ce moment.

   

Pour continuer sur les contradictions, si je prends maintenant la couleur rouge, je suis dans le schéma inverse: je l'M bien par touche au quotidien (vêtements, déco) mais au jardin... le rouge et moi, on a du mal à être copains  (même si il y a quelques nuances de rouge qu'offrent Madame Nature que je trouve sublimes !). Dur de l'associer, je trouve. A mon goût (je comprends que ce ne soit pas celui de tout le monde bien sûr ! et heureusement !), il faudrait aussi, comme le jaune, pouvoir le traiter en isolé. Peut-être un jour, quand j'aurai un grand jardin ???

Bizarre, les goûts et les couleurs. Pourquoi aime-t-on une couleur dans un contexte et beaucoup moins dans un autre ? Vas comprendre Charles ! Mais heu... rassurez-moi... je ne suis qd même pas la seule à être comme ça ?

   
Edit du 23/04:
Un grand merci pour tous vos coms. Par manque de temps, je ne peux vous répondre individuellement.
Je vois que nous avons tous(tes) des goûts assez arrêtés sur les couleurs au jardin, leurs associations et tout cela sur fond de petites contradictions. Comme le dit Céline, c'est très bien comme ça. Chassez le naturel et il revient au galop de toute façon. Perso,
je ne cherche surtout pas à "me soigner". C'est ainsi... mon "oeil" a des idées bien trempées alors obligation pour mon petit cerveau et mes petites mains d'obtempérer :-) !
Bon, en tout cas, ce qui est sûr, je vais faire lire vos coms à l'Homme de la Maison... pour qu'il sache qu'il n'y a pas que sa Lady qui est pleine de contradictions :-).